The Legend of Zelda

Le cruel Ganon a décidé d’étendre son pouvoir sur le Royaume d’Hyrule. Mais alors que la princesse Zelda tente de l’en empêcher, celle-ci se voit faite prisonnière. Sa nourrice Impa parvient à s’échapper et à trouver un jeune chevalier du nom de Link capable de défier les créatures de Ganon. Ce dernier se charge alors de délivrer la princesse et de ramener la paix dans le Royaume d’Hyrule.

A PROPOS
Editeur : Nintendo
Développeur : Shigeru Miyamoto
Sortie : 1988
Genre : RPG, Aventure, Action
Nombre de joueur : 1
DISPONIBLE SUR : NES, NES Classic Mini, Wii, Wii U, 3DS
CLASSIFICATION PEGI
age-7-black-01pegivio
CONTENU DU JEU
difficulté :
temp1
  • Prise en main intuitive
  • Peu de lecture
  • Niveau de difficulté moyen
Durée moyenne d’une partie :
time1

5 à 15 minutes

Langue :
eng

Anglais

Fonctions liées à internet :

  • connexion internet permanente requise : NON
VIDÉO
AVIS
Nicolas PERISSE – Jeuxvideothèque :

Encore un monument culte du jeu vidéo, ce premier opus de The Legend of Zelda pose les bases de l’univers si bien connu des joueurs. En incarnant un jeune chevalier elfe, on ne s’attend pas à vivre une aventure aussi importante à la recherche des morceaux de Triforce qui permettront de vaincre Ganon.

Le jeu nous propose d’évoluer d’écran fixe en écran fixe, tous possédant un certains nombre d’ennemis à abattre ou à éviter. Grosse difficulté de ce jeu : les flèches, lances et autres armes jetées qui font fi de toute séparation. En effet, si le joueur ne peut passer par-dessus un bosquet de buisson ou quelques rochers, les armes jetées quand à elle traverseront le décor sans problème. Et un ennemi inatteignable pour l’heure peut vous faire pas mal de dégâts.

D’autant que les ennemis sont nombreux, le bestiaires variés et les mouvements limités aux points cardinaux, si bien qu’il suffit d’être en décalage avec la ligne de progression d’un ennemi pour que votre épée ne parvienne pas à le toucher mais lui si. En somme, il faut constamment être à l’affut dans ce jeu.

Mais être à l’affut ne suffit pas, il faut aussi savoir être curieux, patient, attentif et doté d’un sens de l’orientation hors du commun ! En effet, au début de l’aventure, rien ne vous indique le chemin à suivre. Pire encore, vous débutez sans arme et risquez de passer à côté si vous ne fouillez pas la caverne de l’écran de départ. Mais à aucun moment vous ne savez dans quelle direction aller et c’est bien là le problème. On se perd rapidement dans les décors qu’il faut explorer de fond en comble pour dénicher les secrets qu’ils renferment.

Y a-t-il d’autres moyen de proposer le jeu en médiathèque si ce n’est en invitant les joueurs à découvrir l’origine d’une saga culte ? La sauvegarde (un des premiers jeux pour l’époque) étant possible, le jeu peut se parcourir en solo ou en équipe si vos joueurs n’aiment pas rester seuls.

 

Vous aimerez aussi...